Qui sont les meilleurs organismes de formation ?

Chaque année c’est la même rengaine, on vous demande le fameux bilan pédagogique. Si vous ne le transmettez pas à la Direccte vous risquez de perdre votre statut d’organisme de formation !

Allons, un peu de bonne volonté, il faut bien pouvoir établir des statistiques sur votre secteur d’activité, non ? Et pour vous simplifier, le ministère du travail a mis en place depuis 2 ans un système de télédéclaration. Cela devrait en plus avoir le mérite de limiter les erreurs en évitant les doubles saisis et en mettant en place des contrôles automatiques.

Mais ce serait trop beau si c’était aussi simple.  Il reste un format papier de secours « au cas où », ce qui est donc source d’erreur Mais surtout le bilan pédagogique n’est pas aussi formalisé qu’une déclaration fiscale par exemple. Que doit-on mettre dans l’effectif pour une entreprise qui a plusieurs activités ? L’ensemble des salariés ou uniquement ceux dédiés à la branche d’activité formation ?

Et puis, potentiellement, les questions changent d’une année sur l’autre. Chaque case n’a pas d’identifiant propre, il peut y avoir ambiguïté sur les termes. Alors que va-t-il ressortir du traitement de ces données ? Allons donc regarder ça de plus près.

analyse datas formation

Une tentative de top 20 des plus gros organismes de formation

Le fichier comporte donc les effectifs salariés des organismes de formation. Intéressant pour dégager une tendance sur les plus « gros » acteurs du secteur ! Commençons donc par faire un tri et dresser un top 20.

top 20 des organismes de formation

Le résultat est pour le moins…surprenant !

– Une entreprise (Colly Bombled), en plus de présenter un effectif anormalement exorbitant, n’appartient pas au secteur d’activité et n’a rien à faire là !

– On peut discuter la présence de grosses structures dont la formation n’est qu’une des missions (Centre national de la fonction territoriale et Pole Emploi par exemple)

– En faisant quelques recherches complémentaires (sites web, societe.com), on se rend compte que les effectifs de la plupart des structures sont complètement surestimés. Des noms inconnus comme Valeto et la SARL Loïc Lossois n’ont par exemple pas de salarié alors qu’ils en affichent respectivement 11 650 et 9823 d’après les données disponibles !


Des enseignements tout de même


Ces données ne sont donc pas fiables pour dresser la liste des organismes de formations les plus importants en terme d’effectif. Mais elle nous rappelle bien le paysage très hétérogène et diversifiée de la formation en France.

type de formation les plus dispensés

On retrouve ainsi quelques universités dans ce classement ce qui est un peu plus cohérent. Même si on peut toujours discuter la part réelle de l’effectif dédiée à l’activité formation et non l’enseignement supérieur. Mais il est vrai que l’offre en formation continue se développe, notamment grâce aux cycles certifiants éligibles au CPF. On se rapproche ainsi tout doucement du modèle américain avec les MBA.

On remarque aussi dans ce classement la présence, certes fortuite, de CM-CIC formation, l’entité de formation interne du Crédit Mutuelle. Cela nous rappelle l’existence d’université d’entreprise dans le paysage de la formation française. L’intérêt est en effet double : récupérer les cotisations obligatoires pour la formation et former leurs salariés à leurs propres pratiques.

La petite entité ASCI Formation qui ne propose que de la formation incendie rappelle que deux visions des organismes privés peuvent s’opposer.

D’un côté, il y a des acteurs multi-spécialistes qui peuvent proposer des formations sur quasiment tout. Et de l’autre il y a des petits acteurs, avec certes moins de force de frappe marketing, mais dont la spécialisation permet de faire des économies d’échelle. Dans quelques années, y aura-t-il toujours la place pour ces deux types d’acteur ou la tendance sera davantage à l’hyperspécialisation ?

Enfin, la présence de l’AFPA, le GRETA et autre MFR (pour le public en réinsertion) nous rappelle la présence de structure parapubliques adaptées à certaines catégories de personnes ou certains secteurs.


Les types de formation les plus dispensés

Maintenant allons voir les codes spécialités qui sont les plus représentés. Le fichier donne le nombre de stagiaires par code spécialité, ce qui nous servira d’indicateurs. Pour rappel la nomenclature des spécialités de formation est disponible en cliquant ici.

Après recherche voici les principales spécialités qui en ressortent. Une petite remarque au passage : chaque entité peut renseigner jusqu’à 15 codes spécialité. Et certaines ne mettent pas forcément celui qui comporte le plus de stagiaires en premier ce serait trop simple !

Liste des types de formation les plus demandés


Sans très grande surprise, une tendance se dégage nettement : beaucoup de demandes dans les langues, dans le secteur tertiaire et dans le développement personnel à travers le relationnel.


Les formations à la mode en forte concurrence

Focalisons-nous maintenant plus particulièrement sur les codes commençant par 13 (langues), 32 (informatique) et 41 (développement personnel) qui sont très usités. Qu’en est-il des acteurs en présence ? Pour se faire une idée de la concentration des acteurs regardons combien revendiquent plus de 1000 stagiaires sur une année. Voici un ordre de grandeur :

top domaines de formation

On parle donc bien en centaines d’acteurs présents sur chaque thématique de formation ! Cela en fait donc un secteur extrêmement concurrentiel.

Comment expliquer qu’autant d’acteurs se partage le « gâteau » de la formation ? Le marché est certes important. Mais un stagiaire est généralement formé dans un domaine une fois par an.  L’envie de voir d’autres méthodes peut le pousser à aller voir un autre organisme l’année suivante ce qui est un premier élément d’explication.

Mais la problématique qui semble la plus intéressante est : Comment le consommateur peut-il s’y retrouver face à cette offre si importante ? Il suffit de faire une recherche sur la « formation Excel » et de voir le nombre de résultats.

Ces dernières années des sortes de « market place » de la formation ont vu le jour. Leur objectif est de centraliser et de donner de la visibilité à un grand nombre de formations qui sont assurées par des professionnels reconnus dans leur domaine de spécialité. Mais cela ne semble pas fonctionné.

La conclusion de notre enquête est quelque peu décevante au final car d’une part les statistiques de la DIRECCTE sont peu fiables et d’autre part la niche des organismes de formation internes à une entreprise ou à un secteur viennent “endormir” notre classement que l’on espérait plus “croustillant” mais la suite est à venir dans un article dédié aux classements par secteurs.

(Abonnez-vous à la newsletter pour être notifié de ce classement par email)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *